En lecture
Le Marocain Brahim Saadoune libéré après une médiation saoudienne auprès de Poutine
AR

Le Marocain Brahim Saadoune libéré après une médiation saoudienne auprès de Poutine

Dix prisonniers de guerre de plusieurs pays dont les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont été transférés de Russie en Arabie saoudite, dans le cadre d’un échange entre Moscou et l’Ukraine, a annoncé mercredi le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Les prisonniers, originaires également de Suède, du Maroc et de Croatie, sont arrivés en Arabie saoudite en provenance de Russie, et les autorités saoudiennes « oeuvrent à faciliter les procédures pour leur retour en toute sécurité dans leurs pays respectifs », selon un communiqué du ministère.

Cet échange a été favorisé par les efforts du prince héritier Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, qui « continue d’entreprendre des initiatives humanitaires dans le cadre de la crise russo-ukrainienne », a ajouté la même source.

Celle-ci n’a pas précisé l’identité des ex-prisonniers, la date de leur arrivée ni la date de leur retour dans leurs pays. Mais selon des sources concordantes, le Marocain Brahim Saadoun figure parmi la dizaine de prisonniers libérés.

Pour rappel, «La Cour suprême de la république populaire de Donetsk a condamné à mort les Britanniques Aiden Aslin et Shaun Pinner et le Marocain Brahim Saadoun, accusés d’avoir participé aux combats comme mercenaires», le 9 juin 2022, avait indiqué TASS, l’agence de presse officielle russe .

Lire aussi

A noter que la guerre en Ukraine, envahie en février par la Russie, a alimenté les tensions entre l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, un allié depuis des décennies.

L’Arabie saoudite a voté en faveur d’une première résolution des Nations unies pour dénoncer l’invasion russe et exiger le retrait des troupes de Moscou.

Mais le royaume saoudien pétrolier a résisté à la pression des Etats-Unis pour augmenter la production de brut afin d’atténuer la crise énergétique résultant de la guerre –-une pression marquée par une visite du président américain Joe Biden en juillet en Arabie saoudite.

Il s’est en revanche coordonné avec le cartel Opep+ qu’il conduit conjointement avec la Russie. Mais face aux craintes de récession, les pays de l’Opep+ ont décidé de réduire début septembre leur production pour soutenir les prix.

© ni9ach21 All Rights Reserved. Terms of Use and Privacy Policy

Inscrivez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir nos dernières informations

You have Successfully Subscribed!